C’est dans la joie et la bonne humeur égyptienne que nous avons débuté notre séjour en regardant la demi-finale France-Belgique. Nous avons été guidés par Abouna (pères) Angelos et Marcos (ce dernier soutenant d’ailleurs la Belgique !), vers un foyer diocésain pour les jeunes qui diffusait le match sur un grand écran à l’air libre.

Difficile d’exprimer à quel point l’accueil des Égyptiens présents pour le match a été chaleureux : chaises immédiatement sorties à notre arrivée, public soutenant la France à grands cris. Les jeunes sont très vite venus à notre rencontre pour échanger avec nous et disputer une partie de volley, qui si elle ne fut pas glorieuse pour notre part, fut un véritable moment de rires et de joie (NB : L’honneur est sauvé grâce aux deux points de Philou).

Dès le match achevé, nous sommes allés rejoindre des jeunes participants à une session de formation d’une semaine sur le thème « mon Église » à l’évêché. Une fois de plus, nous avons reçu un accueil très spontané : des poignées de mains en bouquets, beaucoup de sourires et trop de prénoms à retenir. Par l’intermédiaire du Abouna Angelos nous servant de traducteur, nous nous sommes présentés et nous avons expliqué ce que nous souhaitions vivre des trois semaines. Nous nous sommes également prêtés à quelques pas de danses égyptiennes et à de très nombreux selfies, à défaut de pouvoir avoir de nombreuses discussions à cause du barrage de la langue.

Valou enflamme les foules

Cet avant-goût des jours à venir et toute cette chaleur humaine nous ont mis à la fois dans la paix, l’espérance et l’excitation de tout ce que nous allions encore vivre.