12/07 : Découverte du rite copte catholique

Jeudi 12 juillet, 4 heures du matin : le réveil est difficile mais toujours enthousiaste. Enthousiasme tempéré cependant par un départ effectif seulement une heure après l’heure fixée, c’est la souplesse de l’organisation égyptienne.

A l’issue d’une marche en silence de quelques kilomètres jusqu’au monastère Sainte Marie Deyr Al-Janadla, nous avons assisté à un magnifique lever de soleil et une visite de la chapelle taillée dans la roche. Ce monastère du Vie siècle qui surplombe la vallée du Nil et servait de refuge en cas d’inondations ou de troubles, a vu défiler les époques et en a gardé des traces, comme les yeux manquants sur toutes les fresques (en raison de la crise iconoclaste).

Après de nombreuses danses et chants en français et en arabe animés à la guitare par une des sœurs libanaises toujours enflammée, nous sommes allés porter l’espérance, habillées en blanc, aux familles endeuillées de trois prêtres récemment décédés dans un accident de voiture. Nous avons été impressionnés par l’accueil chaleureux dans ce village relativement pauvre: poignées de mains, sourires échangés, collations partagées…

Tandis qu’Anne-Claire et Maïou restent prier à l’église, les autres partent dans les familles pour apporter la consolation, chanter et prier. Nous sommes tout particulièrement touchés par la grande dignité de ces femmes tout en noir mais heureuses de nous accueillir comme des invités alors que nous étions venus les visiter. Bel exemple de communion et fraternité que ces prêtres, ces jeunes et ces villageois qui ne se connaissent pas et se réunissent pour chanter avec entrain et prier.

Nous avons ensuite assisté à notre première messe copte catholique dans le rite de St Basile le Grand, célébrée par deux évêques dans le faste des Eglises d’Orient.

Nous nous rendons illico presto à une seconde messe de près de 2h30 que nous n’avons pas vue passer, à l’occasion de la fête de St Pierre et St Paul selon le calendrier copte. Célébrée par Monseigneur Kyrillos et animée par les jeunes de Mission de Vie, l’église était bondée, débordante de jeunes enfants, de scouts et de chants aux accents orientaux dont la beauté et la vitalité nous ont emportés.

Ma’assalama ! (au revoir)

Précédent

14 juillet : Le grand départ !

Suivant

15/07 : Une journée reposante à Assiout…

  1. Benoît AUFFRET

    Et là, on pense à la lettre de Saint Jacques : « Montre-moi ta foi sans les oeuvres, et moi, je te montrerai la foi par mes oeuvres ».
    Merci de tous vos articles empreints de grande humanité et de spiritualité profonde.
    Nous voyons une foi en action : vous vivez votre foi en actes et vous bénéficiez, également en actes, de la foi de vos hôtes qui sont aussi en avant tout vos frères dans le Christ.

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén