16 juillet : Journée en familles

Bien mérité, le repos dominical est enfin arrivé. 1h de plus que le sommeil habituel et nous voilà à la messe, célébrée en arabe au cœur de l’école.
Nous sommes ensuite tous invités dans différentes familles pour y déjeuner et y passer l’après midi. Récit :

Marie, Sophie et Gabriel.
Premier dépaysement : la messe dominicale melkite. Une cérémonie à la liturgie chantée, proche du rite orthodoxe qui nous a sortis du rite latin auquel nous sommes habitués. L’iconostase nous sépare du célébrant et insiste sur le cérémonial sacré qui se prépare ; un mystère que l’assemblée semble porter dans la liturgie qu’elle chante.
Après cette magnifique célébration, deux des enfants de chœur nous ont accueillis dans leur famille pour partager un repas. Les parents de Yuri, Milan et Maggie nous ont reçus avec beaucoup de générosité et de bienveillance. Cet après-midi fut l’occasion d’un véritable temps de partage, que ce soit sur de confortables canapés lors de l’apéritif, autour d’une table débordante de mets palestiniens ou en musique auprès du qanûn (instrument traditionnel de la famille des cithares) et du piano pour le café.
La famille n’a pas tardé à nous interroger sur nos connaissances sur le conflit israélo-palestinien. Nous apprécions particulièrement ces témoignages de vie qui nous plongent dans un quotidien lointain. En fin de journée, la famille a tenu à nous faire parcourir les alentours de Ramallah, où se trouvent les colonies et la base militaire israélienne. Un coucher de soleil, habillant la ligne d’horizon vallonée, glissait ses lueurs sur le sol de pierres, où s’enracinait une multitude d’oliviers centenaires.

Pénélope et Augustin (aussi connu sous le nom de Augustin-chef) : Tamer et sa famille nous entrainent dans un périple rythmé par les visites de trois musées, deux mémoriaux et de nombreux panoramas. Le tout ponctué d’un repas qui aurait pu nourrir trois ou quatre fois le nombre d’estomacs présents autour de la table. Cette famille étant aussi accueillante que traditionnelle, Pénélope se retrouve rapidement avec le bébé entre les mains alors que les garçons me défient à la console de jeu. Mahmoud Darwich et Yasser Arafat n’ont plus de secret pour nous, le mode de vie palestinien non plus !

Amaury et Alixe
Dès la sortie de la messe, nous rejoignons Miral et son cousin pour un périple haut en couleurs direction Bethléem, en passant par Jérusalem (une ville qui, malgré son éloignement n’est pas sans rappeler Nantes à Amaury). Dans la voiture, nous écoutons avec passion Miral nous raconter, anecdote par anecdote, la complexité de la vie quotidienne en Palestine. Après avoir visité avec émerveillement l’Eglise de la Nativité, la Mosquée et la vielle ville, nous sommes chaleureusement accueillis par la famille de Miral pour le déjeuner. Ce dernier composé de six plats, deux desserts, thé, café et mignardises finira par avoir raison de nous…

Claire et Bénédicte :
Nous sommes accueillies dans la famille de Tia, qui habite un des rares quartiers propres de la ville ! L’accueil est ici très chaleureux, à l’image de l’hospitalité palestinienne. Nous passons rapidement à table, pour déguster les mille et un plats typiques de ce pays, tous plus délicieux les uns que les autres, mais rien qu’après l’entrée, nous étions rassasiés ! Cette journée en famille a été instructive pour nous, les discussions géopolitiques et religieuses sont allées bon train. Nos hôtes musulmans palestiniens sont impliqués dans le renouveau de la palestine, certains de leurs amis ou membres de la famille ont donné leur vie pour la paix. Ils étaient véritablement contents de nous raconter tout cela et de nous partager leurs espoirs pour l’avenir. Dans le même immeuble, habitent deux familles de cousins que nous retrouvons pour partager les desserts traditionnels, le café arabe, et bien sûr les narguilés. L’après-midi nous faisons un tour de Ramallah, des points de vue panoramiques, et nous avons même l’honneur de rencontrer le gardien de but de l’équipe de foot palestinienne !

Le fameux goal palestinien!

Point de vue sur les alentours de Ramallah. on peut voir Jérusalem au loin!

Lisa et Augustin.M :
Ce dimanche, nous avons été invités dans la famille de Saba, voisin de la famille de Tia. L’hospitalité Palestinienne a encore fait ses preuves car dès notre arrivée nos hôtes nous dit « albet betak! » qui signifie « Faites comme chez vous ! ». Puis, le père de Saba nous propose un narguilé que j’accepte avec enthousiasme. Assis confortablement dans le canapé, les différents tableaux et ornements nous font découvrir la beauté de la culture artistique palestinienne et libanaise. S’en suit des conversations autour de nos études, nos passions, les habitudes alimentaires des palestiniens et des français etc. Puis, vient l’heure du repas … tous les plats sont sur la table, ils sont très variés et copieux ! Nous nous sommes régalés ! Ensuite, on est allés découvrir les grandes rues de Ramallah ainsi que le musée Mahmoud Darwish et la tombe du 1er président Palestinien. Sous le soleil couchant, tout paraissait calme et paisible, la vue des paysages a porté notre regard au lointain … Par la Grace de Dieu nous découvrons plus en profondeur cette terre sainte et ses habitants.

Lisa, Augustin et Claire avec la famille de Tia et Saba, pres de la tombz d’Arafat.

Pierre
Suite à la messe melkite, j’ai été accueilli seul chez la famille de Walid, l’un des élèves du groupe des 16-17 ans qui me supporte déjà en cours depuis une semaine. Après une partie de console contre mon hôte puis contre son petit frère Mohammed, nous avons pris un excellent déjeuner composé de plusieurs plats typiques. En début d’après-midi, Walid m’a emmené dans les locaux du journal Al-‘Ayâm, le principal périodique palestinien. En effet, il connaît bien cet endroit car son père est comptable au sein de cette entreprise. Nous avons notamment visité les sous-sols, où sont imprimés les journaux. Connu comme le loup blanc, mon hôte m’a présenté tous les ouvriers. Nous nous sommes ensuite promenés dans Ramallah et sommes entrés dans la grande mosquée où j’ai pu échanger avec un groupe de fidèles intrigués de voir un occidental en ce lieu. Nous avons terminé la journée en compagnie de Saba, Tia, de leurs familles et des membres du groupe AED Mission accueillis par ces personnes. Nous avons visité ensemble le musée Mahmoud Darwish, le mausolée de Yasser Arafat, puis le stade de foot où nous avons pris une photo de groupe avec le goal de l’équipe de Palestine. Une journée très enrichissante qui témoigne du grand sens de l’hospitalité que l’on retrouve dans tout le monde arabe.

 

 

De retour de nos journées déjà bien remplies, pas de répis ! Les 8 plus braves d’entre nous se rendent à la ‘graduation party’ de l’un des grands élèves du lycée. Une fois de plus accueillis avec beaucoup de chaleur, nous faisons la fête jusqu’au bout de la nuit, et, évènement rare en Palestine, consommons même un peu d’alcool (mais chut …).

Ainsi s’achève notre ‘day off’ qui n’avait, finalement, rien de ‘off’.

 

Précédent

15 juillet: jour du départ !

Suivant

16 juillet: acclimatation en terre égyptienne

  1. michaud

    Tout petit pays qu’il est, il ne semble pas dépourvu de lieux culturels; ce qui marque le besoin de ce peuple à se faire connaitre d’une autre manière que celle que les médias nous le présente. Encore ce matin sur France Info, ce n’était que du négatif au sujet de Jérusalem bloqué à la suite de l’attentat… Heureusement que vous êtes là pour témoigner que la vie peut prendre un autre visage, celui du sourire et de la joie grâce à la chaleur humain et de la fraternité entre les peuples. C’est tout de même plus joli à regarder. Merci pour vos superbes commentaires.

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén