17 juillet: Dar Zahran, petit paradis

Une nouvelle semaine débute sous la chaleur et le beau ciel bleu de Ramallah et le spectacle de fin de camp approche. Les enfants apprennent lentement mais sûrement les chorégraphies, chansons et pièces de thêatre qu’il présenteront jeudi à leurs familles.

Bénédicte

Sur le chemin du retour de l’école, nous nous arrêtons pour une visite impromptue d’un petit musée niché dans la plus vieille maison de Ramallah : Dar Zahran. Aussitôt dans le jardin, nous sommes ravis de trouver une température vivable… En effet depuis vendredi il fait 38°C et le record sans transpirer détenu par Sophie s’élève à 42 secondes après la sortie de l’auberge. Nous rêvons de piscines, de shorts et de robes courtes… Impossible pour nous …

L’hôte nous accueille chaleureusement avec du « arabic coffee » et des bonbons au caramel. Pénélope et Claire apprécieront plus le caramel au café et selon ses dires, Amaury ne dormira pas avant 5h du matin ! Le propriétaire nous explique l’histoire de cette maison et l’architecture si particulière : une unique pièce de 25m2 pour toute une famille, construite pour garder la chaleur en hiver et la fraîcheur en été grâce aux murs de 1 mètre de large et une voute en parapluie.

Alixe dans les sous-sol de la maison

Plus qu’une simple visite, nous avons surtout discuté avec cet homme, ravi de nous faire découvrir la richesse culturelle de sa ville au travers de différents arts (peintures, photographies, broderies..). Nous avons apprécié son idée d’ouvrir sa maison à la visite, et son futur projet de monter un café littéraire au 1er étage nous a impressionné.

Il n’est pas question de partir de chez lui sans prendre la traditionnelle photo devant le drapeau palestinien, photo qu’il exposera aux côtés de celles des nombreux autres voyageurs.

En sortant de ce havre de paix, nous retrouvons les rues de Ramallah toujours aussi sales et bruyantes mais que nous nous sommes maintenant appropriées. Notre trajet quotidien de l’auberge à l’école est rythmé par les sourires, les « Hi ! Where are your from ? » et par les klaxons. Est-ce parce que nous sommes 12 occidentaux habillés pareil ou bien parce que les filles sont blondes aux yeux bleux?

Claire et Augustin en plein travaux

Après le desormais incontournable rituel « gouter, sieste, douche et préparation de camp», Augustin chef et son Harem (Bénédicte, Alixe, Lisa, Pénélope et Claire) partent boire un verre au Snowbar pour passer un bon moment sans les 90 enfants dans les pattes ! Note pour les futurs touristes : la terrasse sous les cèdres, les canapés moelleux ainsi que l’ambiance occidentale et décontractée font de ce lieu une exception dans la ville.

Rituel du goûter

Pour clore cette journée, nous apprenons que certains ont des vies plus palpitantes que d’autres: l’un d’entre nous a chanté à l’Olympia avec Martin Solveig, une aristocrate se cache parmi nous, et une autre se pose à 1h du matin la question existentielle de la différence entre la gestion et la finance… Qui est-ce ?

Article écrit par Claire et Pénélope, aidées par Alixe et Marie.

Précédent

Le rayonnement de ceux qui n’ont rien

Suivant

18 juillet: Mission Cléopâtre

  1. michaud

    Après l’effort voir l’épuisement, le réconfort et l’on se lâche. Vos textes sont de grande qualité, super de vous lire. Comment s’est passé le spectacle?

    • michaud

      désolé. En me relisant je viens de voir que mon ‘voir’ doit s’écrire voire… vite un peu de potion magique pour booster mon orthographe…

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén