Un soleil ardent se lève, brûlant la poussière sableuse que le vent fait courir à travers les rues de Ramallah. Ce matin, la jeune compagnie des volontaires français s’étire ; une journée torride et pleine de promesses s’ouvre à eux. Elle commence même par un miracle, qui est de bon augure pour la suite des événements (et pour la cohésion de la communauté) : l’animateur Augustin est à l’heure ! Il secoue sa torpeur pour rejoindre le reste du groupe à l’heure du petit-déjeuner. La compagnie part donc aujourd’hui dans les temps et au complet, excellent présage !

Sur le chemin de l’école, l’activité est déjà foisonnante, nous croisons moult voitures klaxonnant bruyamment, et par endroit un jeune marchand solitaire étalant à l’avenant ses produits sur le trottoir… À l’arrivée dans l’établissement, quelques enfants se disputent un ballon, arborant fièrement le tee-shirt aux couleurs du camp. C’est toujours un plaisir de retrouver la cour qui résonnera bientôt des cris de tout le groupe ! Astérix et Obélix investissent les lieux avec la folie prétentieuse de la Gaule, prêts à en découdre avec les premiers arrivants. Quand vient enfin le moment de la rencontre, la salle dans laquelle nos héros préférés se sont présentés aux enfants comme des aventuriers en terre hawaïenne est en liesse. Eh oui, l’équipe gauloise est diablement sympathique ! Pour peu, on croirait que le merveilleux de ces terres hospitalières rejoint les rêves les plus fous des jeunes têtes brunes de l’école melkite, offrant en ce moment d’intense émotion cette petit touche de folie dont elle a précisément besoin pour s’épanouir !

Pour le reste, les ateliers, olympiades et tout le tutti se déroulent à l’ordinaire. Les enfants s’investissent tout particulièrement dans les activités sportives, à l’instar de ces jeunes du groupe 4 réclamant opiniâtrement un volley avec Amaury.

Une petite nouveauté vient s’insinuer dans le planning de la journée. Alors que nous essayons en vain de mettre la pression aux jeunes en leur faisant croire qu’ils auront un examen, l’équipe attend avec fébrilité l’heure de dévoiler un charme (pour peu de temps) secret : une petite séance cinéma, autour d’Astérix Mission Cléopâtre ! Mais la compagnie n’attend pas la séance de torture à laquelle elle assiste… des enfants résolument dissipés, parlant entre eux, sans s’intéresser à ce film culte dans tout l’Hexagone. Et l’animation se résume à celle de l’équipe des volontaires, qui s’échinent à attirer l’attention, à calmer le brouhaha, se pliant en quatre pour rétablir le silence (on en a même vu certains rire bruyamment pour révéler les moments drôles du film, c’est dire…). Choc de cultures, il faut s’y faire !!!

Après cette laborieuse tentative, l’après midi qui va se dérouler sera très agréable. Nous avons été généreusement invités par une jeune américaine, Ida, rencontrée fortuitement deux jours auparavant. Ida étudie actuellement aux Etats-Unis, mais a passé sa jeunesse sur ces terres, ses deux parents étant palestiniens. Ida et sa mère nous reçoivent très chaleureusement, un petit « bienvenue » accroché sur la porte d’entrée nous a fait chaud au cœur.

L’hospitalité palestinienne est encore une fois merveilleuse, et nous profitons des boissons fraîches, et d’un colossal gâteau traditionnel au fromage, recouvert de micro spaghettis orange vif et d’un sirop de sucre. Il va sans dire que tout formidable qu’il est, ce dessert a le don de vous caler en 2 bouchées ! Mais visiblement, l’estomac de Gabriel est un tonneau des danaïdes, puisque qu’il se ressert !

Ida est sa mère nous ont beaucoup marqués et resteront dans nos mémoires par leur simplicité à parler de leurs soucis géopolitiques et religieux. Leur maison est à elle seule une histoire : Yasser Arafat, chef de file de la révolte palestinienne puis 1er président palestinien, y a habité pendant toute son enfance, ce qui donne à cette maison un caractère de relique pour certains palestiniens, en tout cas, force au respect.

Le discours de la mère est très réaliste, mais également plein d’espoir. Elle insiste beaucoup sur l’aspiration du peuple palestinien à vivre en paix et en unité, quelles que soient les religions ou les opinions politiques. C’est aussi le moment pour certains d’entre nous de mieux comprendre les arcanes du conflit, de se rappeler le rôle du Hezbollah et du Hamas, mais aussi d’écouter un témoignage d’une vie quotidienne assez éloignée de la nôtre ( Ida nous raconte comment ils ont vécu la deuxième intifadas enfermés dans leur maison alors qu’elle était encore petite, et ses jeux de cache cache avec la police).

… Encore une rencontre, encore un moment de partage, encore une hospitalité incroyable.Nous attachons de jours en jours à la Palestine !

Pour finir, nous passons une soirée agréable chez les volontaires palestiniens. Bières, chicha, jeux, barbecue sont au programme avec, en prime, une hospitalité vraiment sympathique.

Une journée mémorable !