Nous sommes en février 1954 : le sanctuaire de Lourdes s’apprête à célébrer les 100 ans de la proclamation du dogme de l’Immaculée Conception.

En Afrique, le seul évêque du Bénin décide, puisque les fidèles n’ont pas les moyens de se rendre en France, de créer son propre sanctuaire marial, inspiré de Lourdes. Le curé cherche et trouve une grotte située aux abords d’une des voies de passage les plus fréquentées. C’est ici que naîtra le sanctuaire de Notre-Dame d’Arigbo, où se pressent depuis 70 ans des milliers de fidèles venus de toute la région.

Mais revenons à notre journée : à 7h, nous montons dans le minibus avec quelques enfants ; les autres sont dans le bus diocésain, et quelques organisateurs montent en voiture : le convoi se prépare à franchir les quelques 80 km qui le séparent du sanctuaire.

Soudain, notre minibus s’arrête : il faut attendre le car qui a eu un problème de moteur… un mécanicien est sur le coup.

Le coupable…

Nous faisons une pause sur une petite place, pour nous dégourdir les jambes. Tout d’un coup, une nuée d’enfants venus d’on ne sait où viennent jouer avec nous.

Contes, jeux, et nous repartons enfin, pour arriver avec trois heures de retard au sanctuaire ; il est 13h et nous mourrons de faim… mais la messe d’abord !

La croix à l’entrée du sanctuaire

Dans un recueillement remarquable, les enfants assistent à la messe. Tous ont mis leurs habits du dimanche : robes bariolées, chaussures fermées, bumbas aux motifs religieux…

Puis nous allons déjeuner de sandwiches et de bissap, boisson obtenue à partir de feuilles broyées. Quelques vendeurs ambulants nous proposent des épis de maïs à la vapeur, délicieux.

L’église, construite à côté de la grotte

Le recteur du lieu nous fait ensuite en rapide historique du sanctuaire, et nous cite quelques grâces reçues par les pèlerins : grossesse tardive, guérison physique ou morale, … Même à 4500 km de Lourdes, Notre-Dame veille sur ses enfants !

Aux pieds de la Vierge, un morceau du rocher de Massabielle offert par le diocèse de Lourdes