Dimanche après-midi, les maîtresses sont venues nous chercher à la Bishop’s House, pour nous emmener découvrir Bareilly. Les filles leur avaient précédemment exprimé le souhait d’aller essayer des sarees, en voyant la beauté de leur tenue portée à l’école.

                  Premiers frissons pour Marie Clément qui s’est rendue au marché en scooter, derrière une institutrice. En effet, le trafic est particulier en Inde. Le but est d’éviter chiens, vaches, oies, chevaux et même chèvres à longues oreilles ainsi que scooters, vélos, tuk-tuk, calèches et piétons occupant la chaussée, parfois à contre-sens ; quitte à rouler hors des sentiers battus. Pas de trottoir, de signalisation, de code, ni de limite de vitesse. Tout se fait au son du klaxon, véritable instrument de conduite que l’on utilise en permanence, au grand dam de nos oreilles non initiées.

Un cliché du bazar ambulant dans la rue : ambiance gros son et danse sur le toit, piétons un peu partout, voitures à contre-sens et vous n’avez pas le son ou les odeurs mais ça vaut aussi le détour !

                  Arrivés au marchés, l’effervescence des lieux nous assaille : bruit, odeurs, couleurs, chaleurs nous plongent en profond dépaysement. Les habitants sont intrigués devant notre présence, en groupe de 10 Européens loin des lieux touristiques.

                  Accompagnés des maîtresses, les filles ainsi que Rémi se sont pris au jeu et ont essayé plusieurs sarees, devant l’œil intrigué des autres clients et des passants. Un moment plein de couleurs et de fous rires !

Un joli selfie avec Ruchi dans la boutique de sarees.

Les étals de la boutique de sarees : on vous l’avait promis, c’est haut en couleurs !!

 

                  Entre un cheval, deux tuk-tuks et un camion militaire, nous nous frayons un chemin, non sans mal, vers l’autre coté de la route, où nous nous arrêtons dans un Kipp’s, enseigne locale de plats sucrés, après avoir regardé des bangles (bracelets typiques) le long du chemin. Ruchi et Lata, nos deux professeurs accompagnantes, nous tendent, avec un grand sourire, des petits plats en cartons contenant des boules qui nous paraissent être faites de riz ou de semoule, dans ce que nous pensons être de la crème anglaise. Nos yeux nous ont trompés, nos papilles ont dégusté et nos intestins nous ont lâchés. Pas de riz, pas de crème mais seulement du lait : des boules de lait caillé dans du lait tourné. La couleur jaune, elle aussi, est naturelle et garantie sans trucage. Les avis sont restés très partagés sur cette découverte.

Un stand de nourriture locale dans le Kipp’s.

 

La vitrine de gâteaux sentait bon et donnait envie !

 

 

 

Les fameuses boulettes de lait, couleur certifiée conforme à la réalité !

 

                  Nous reprenons la route pour rentrer dîner avec les prêtres et nous coucher pour une nuit qui sera mouvementée pour certains.

Affaire à suivre…

Camille, Solenne et Raphaëlpour l’équipe Inde 2019