Pénélope prépare notre journée en lisant le guide

Aujourd’hui, c’est notre dernier jour à Jérusalem. Comme tous les matins, la ville a retrouvé son calme, un vrai contraste après la violence des soirées. Nous en profitons pour faire le tour de tous les lieux que nous n’avons pas eu le temps de visiter, à commencer par la célébrissime Esplanade des Mosquées. Après avoir passé les contrôles nécessaires, nous débouchons sur une vaste étendue d’anciennes pierres et d’arbres, emplie d’un calme étonnant compte tenue des foudres qui se déchainent pour l’accès et le contrôle de ce lieu. Quelques touristes esseulés flânent dans ce lieu tranquille, abandonné des Musulmans qui préfèrent prier à l’extérieur en signe de protestation. Au milieu de l’esplanade, l’imposant Dôme du Rocher se fait le théâtre d’un shooting photo improvisé, comme vous pouvez le constater (merci Claire).

Pénélope et Augustin V

Alixe et Marie

Marie

Amaury, Augustin V et Pierre

Après une balade le long des remparts, nous décidons de nous séparer pour que chacun de nous quitte Jérusalem sans regrets. Etant les dernières membres du groupe à ne pas s’être rendues dans ces lieux, les courageuses Claire et Marie se rendent sous une chaleur écrasante au Cénacle, au tombeau de David et à Saint Pierre en Gallicante.

Vue sur Jérusalem de Saint Pierre en Gallicante

Le reste du groupe reste dans la « fraîcheur » de la ville pour visiter l’Eglise Sainte Anne, lieu de naissance de la vierge Marie et finir la matinée en flânant dans les Souks de la ville. Les plus pieuses d’entre nous finiront « comme par hasard » leur trajet devant le Saint Sépulcre. Tout le groupe se retrouve exceptionnellement à l’heure pour le déjeuner. Et pour cause, grâce aux bons plans de notre Béné préférée, nous nous régalons de quatre gigantesques pizzas arrosées de sodas locaux : Sprite et Coca. Grâce à une ouverture malencontreuse de la bouteille, Sophie sera accidentellement plus arrosée que le reste de l’équipe. Mais bon, ça sèche vite ici.

L’après-midi passe à la vitesse de l’éclair : après un dernier recueillement au Saint Sépulcre, toute la team prend la direction de la maison Abraham. Une dernière douche, une dernière photo de groupe et hop ! Nous voilà partis pour Abou Gosh. Big Up à Augustin pour le taxi au vitre teintés, dans lequel nous nous endormons un à un après quatre jours tout aussi excitants qu’épuisants à Jérusalem. Le contraste à notre réveil est saisissant : après la frénésie et les tensions de Jérusalem, nous arrivons tout simplement au paradis : les parterres d’herbe verte (nous n’en avons pas vu depuis deux semaines !), les palmiers, bougainvilliers, et autres arbustes entourant le monastère bénédictin créent une atmosphère paisible et hors du temps, à la bonne odeur de lavande. Nous sommes chaleureusement accueillis par le frère Jean-Michel, et commençons notre séjour au monastère en beauté : par les vêpres. Après 45 minutes de prière monastique plus ou moins intense en fonction des sensibilités de chacun, nous prenons nos quartiers : chez les sœurs pour les filles, et chez les moines pour les garçons. Seules Béné et Sophie sont reléguées dans une maisonnette au fond du jardin, avant de découvrir qu’elles seront les seules heureuses détentrices de la clim’. Les bonnes surprises se succèdent : les chambres sont confortables, une grande terrasse surplombant le village nous est réservée, et surtout les sœurs nous ont préparées le repas le plus délicieux (et équilibré) que nous ayons mangé depuis notre arrivée ! Bref, le bonheur. La beauté et le calme de ce lieu sera seulement troublé par l’appel du Muezzin à la prière, depuis le minaret, à dix mètres de la chambre des garçons. A suivre…

Abbaye Sainte-Marie de la Résurrection d’Abou Gosh

Article rédigé par Alixe