Après les milles au revoir chaleureux à Dassa avec le Père Ambroise, nous avons pris la route vers Cotonou. Évidemment, la route fut longue et plus ou moins éprouvante, selon les places dans le mini-bus. A mi-chemin, nous nous sommes arrêtés pour récupérer le Père Romuald.

Arrivés chez Marcelin près de Cotonou, nous avons déposé quelques bric-à-brac et en retour, nous avons pris les 2 autres enfants de Marcelin. Dès lors, les secondes dans le mini-bus se sont faites ressentir, par des fourmis dans les jambes et la chaleur accablante. Finalement, nous sommes arrivés tard dans la soirée et avons été reçus par la directrice de l’orphelinat.

Cette nouvelle mission consiste à rénover l’école située au sein de l’orphelinat dans la matinée (tapissage, peinture et décoration).

Tous à l’œuvre !

L’ensemble de l’équipe, entourée des peintres, couturières et directrices

Puis, après le déjeuner et un temps de sieste, l’objectif est de donner aux internes des cours particuliers de français, mathématiques et informatique pendant 2 heures et de finir la journée avec des activités plus ludiques : foot, basket et cuisine. Les internes sont âgés de 7 à 20 ans. Notre premier ressenti a d’abord été de constater le calme des locaux. Ici, personne n’est pressé et tout se fait délicatement.

La tradition dit qu’à chaque arrivée dans un nouveau village, nous sommes présentés au Roi et à sa cour. Nous avons profité de cet échange pour en connaître un peu plus sur l’histoire du village. En effet, le Royaume de Takon compte 15000 habitants et existe depuis les années 1700. La présence de certains cultes traditionnels comme le vaudou est très présente. D’ailleurs, nous avons pu passer près d’un temple vaudou et échanger avec Olivier, le guérisseur du village. Le clergé, comme tous les Béninois, croit dur comme fer au vaudou. Par tradition, le père a même béni nos chambres afin de repousser les mauvais esprits.

Visite chez le Roi de Takon

Mercredi 24 juillet, nous avons effectué une visite dans une ferme d’arthémésia. Celle-ci est une plante qui prévient contre le paludisme. L’arthémésia se prend sous forme de tisane matin et soir. Au Bénin et dans d’autres pays en Afrique, ce traitement préventif se développe de plus en plus. Par ailleurs, cette ferme est tenue par un couple de Français, venus combattre le paludisme. A cette occasion, nous avons fait la rencontre de scouts de France, qui sont aussi venus effectuer une mission humanitaire.

Le samedi fut pour nous la journée de détente qui commença par une balade en pirogue sur le fleuve de l’Ouémé, non loin de Porto Novo. Une grande première pour la plupart d’entre nous ! Cette balade fut l’occasion de découvrir un village de pêcheurs, où nous débutons sa visite par son incroyable église, puis de son dispensaire. Avant de repartir, nous écoutons attentivement un sage venu nous conter l’histoire de l’endroit. Après le déjeuner nous prenons le temps de découvrir Porto Novo grâce à notre super chauffeur Marcelin.

Après une semaine passée aux côtés des enfants, il est temps de plier bagages, le retour en France est imminent. En guise d’adieu, les pensionnaires nous ont préparé des danses et des chants en français ainsi qu’en mahi. Puis nous nous joignions à eux et dansons au rythme des instruments traditionnels.

Quelle émotion au moment de se quitter, malgré la courte durée de notre séjour à Takon. En effet, nous avons appris à connaître des jeunes plutôt discrets au début qui se sont dévoilés petit à petit au fil des activités. Mais comme dit la chanson : « Ce n’est qu’un au revoir » !

 

Rédacteurs : Stanislas et Vincent