Aujourd’hui Dimanche. Nous rencontrons pour la première fois la communauté catholique de Balti au complet pour la messe. La célébration se fait habituellement en Polonais, en Moldave et en Russe (le curé comprend le Moldave mais ne le parle pas). De par notre présence, on y adjoint aussi l’Anglais, le Français et le Latin (l’Anglais pour le sermon, prononcé par le prêtre Suisse-allemand et retraduit en direct en Moldave pour l’assemblée ; le Français pour le psaume, chanté à deux voix par Manon et Amaury ; et le Latin pour le chant de post-communion, avec l’Anima Christi, chanté en polyphonie par toute l’équipe à la demande du père Vassile qui voulait apprendre le chant à la paroisse).

(Photo: Nettoyage de l’église avec un balai de 40cm 100% paille !)

A la sortie, nous retrouvons Rodica, Eléna, Cristina (que vous commencez déjà à connaître si vous suivez assidûment nos aventures) et d’autres de la communauté. Les élèves de Rodica, qui sont pour la plupart orthodoxes, nous rejoignent au compte-goutte. Nous leur avions donné rendez-vous pour 11 heures. Dimanche, jour du seigneur et de repos, sera consacré à la recherche d’un musée (qui finalement se trouve être fermé), à faire les courses, et à jouer en compagnie de nos amis moldaves.

(Photo: Steak ou pas steak ?)

(Photo: Un étal au marché)

Nous avons rendez-vous le lendemain au lycée Eminescu pour une présentation du lycée (qui comporte plusieurs classes bilingues Français/ Moldave), de l’enseignement du Français en Moldavie, des dispositifs éducatifs de Balti et des nouveaux anciens élèves, dont certains partent en France à la rentrée prochaine. Les responsables de l’établissement semblent très contents de nous rencontrer. Nous passons un bon moment à discuter avec les élèves, beaucoup appréhendent leur départ, et nous posent beaucoup de questions. La majorité d’entre eux étant orthodoxes, nous leur demandons d’assister au culte orthodoxe. Ceux que nous avions déjà rencontrés nous avouent avoir lu nos articles sur le blog de l’AED (ils ont trouvé le lien sur notre Facebook !), gros coup de stress pour les rédacteurs ! Mais apparemment, ils ont plutôt accroché. Ils nous avouent que c’est en les lisant qu’ils ont compris comment s’écrivaient nos prénoms !

(Photo: Char d’assaut soviétique, monument aux morts de Balti. Oui je sais, ça n’a aucun rapport avec l’article, mais il est trop beau et je ne savais pas où le mettre !)

Puis nous retournons au centre Caritas pour manger avec les enfants. Au passage, nous aidons les responsables pour le service. Puis, après une démonstration extraordinaire de bâton du diable effectué par le non moins extraordinaire Amaury (je vous laisse deviner qui écrit ces lignes), temps de présentation et de partage. Nous apprenons que le centre Caritas, ouvert pendant l’année après la classe, permet aux jeunes, souvent issus de milieux défavorisés, de faire leur devoir dans un cadre propice au travail personnel, de profiter d’un soutien scolaire efficace et personnalisé, et de manger le soir gratuitement pour soulager financièrement les parents. Après cette parenthèse, go back to work avec la peinture des installations qui avaient été poncées ultérieurement. Tâche inachevée du fait de l’intervention inopinée de la pluie, mais bien avancée tout de même.

(Photo: Pause babyfoot !!)

(Photo: Pause coiffure !!)

Les enfants rentrent chez eux à 17h, mais nous les gardons encore 45min jusqu’au départ des retardataires. Puis, nous rejoignons les élèves du lycée Eminescu qui nous ont invité à un barbecue sur les bords du lac. Le coin est super sympa, la viande est délicieuse. Les Moldaves nous font découvrir chansons et danses locales ; en contrepartie nous les initions aux joies du rock à 4 temps. La journée se termine très bien !

(Photo: Vue du lac de Balti depuis la zone du barbecue) 

(The same)

(Photo: Finale européenne de volley-ball féminin, France vs Moldavie)

(Photo: Manon pousse la chansonnette)