Catégorie : Inde 2019

17 juillet : nous voilà arrivés en Inde !

शुभ संध्या ! Chubha sandhya ! Bonsoir !

           Fatigués par notre courte nuit d’avion, rétrécie par le décalage, nous sommes malgré tout heureux de poser enfin le pied en Inde. A peine la porte de l’avion s’ouvre, une chaleur moite étouffante s’empare de nous. Il nous faudra nous y accommoder ! Le choc culturel commence dès la sortie de l’aéroport. Accueillis chaleureusement par le père Arun Saldanha après la douane et les bagages (que nous avons tous récupérés, yes !), nous nous faufilons entre les voitures, bus et tuk-tuks dans un tohu-bohu de klaxons sur le parking. Quel choc ! En Inde, le klaxon est aussi essentiel que le frein dans la conduite : ici, pas de code de la route, car c’est la loi de la jungle qui règne à pied comme en véhicule ! Seuls les vaches et les singes que nous croiserons tout au long du chemin, protégés des dérangements par les croyances hindoues, semblent connaître la tranquillité dans cette étrange mêlée. Le couvercle de nuages que nous découvrons ne nous quittera pas. C’est la saison des pluies : il faut s’habituer à cette humidité ravivée tous les jours par de nombreuses averses. Nous attendons notre minibus sous une averse aussi intense que brève.

N’est-il pas beau notre bus ?

          C’est parti pour un deuxième voyage ! Enfin en Inde, nous sommes heureux de découvrir ce pays si différent. La ville de Delhi est si dense qu’il nous faudra bien deux heures pour en sortir… Voitures et bus à contresens, routes à cinq voies sans marquage, piétons, tuk-tuks et scooters dans tous les sens (particulièrement à l’envers) rendent notre avancée difficile. D’ailleurs en Inde, on roule à gauche mais on peut aller à droite à contresens. Tant bien que mal, nous sortons enfin de l’enceinte urbaine, dont la sortie nous est indiquée par une montagne de déchets qui sert de décharge à la métropole de vingt-cinq millions d’habitants. Nous ne sommes pas pour autant dans la campagne. Partout, les rizières côtoient les échoppes et les gratte-ciels, dont la construction est rarement achevée. Tout au long de la route, des badauds marchent, traversent, vendent des pop-corns ou scrutent nos visages, interloqués de voir des Européens venir jusque chez eux. A l’intérieur du bus, notre joie est rythmée par le son des klaxons. Entre les jeux de cartes et les discussions, notre excitation demeure malgré la fatigue et le choc climatique. Plusieurs succomberont d’ailleurs à l’appel de la sieste.

Bonne ambiance et passionnante partie de cartes pour les garçons qui étaient assis devant !

                A trois heures de l’après-midi (11h30 à Paris), l’appel du déjeuner commence à se faire sentir. Nous sommes accueillis comme des maharadjahs dans un restaurant végétarien tenu par des amis du père Arun. Les délicieux « masala dosas », des galettes assorties de pommes de terre et de diverses sauces, nous ravissent pour tout l’après-midi, tandis que les uns et les autres s’essayent avec plus ou moins de succès aux sauces épicées !

La dream team au restaurant !

 

 

On peut aussi dire que les repas sont toujours très copieux ! Ici, un simple dosa et trois sauces (on pourrait presque  appeler ça l’apéro) 

 

 

            Nous voilà enfin parés pour repartir, l’estomac bien bien plein… et quelques mots d’hindi appris. Happés par le sommeil dans le bus, nous nous réveillons quelques heures plus tard, enfin arrivés à Bareilly.

                L’évêque nous a réservé un chaleureux accueil dans son évêché. Thé et gâteaux nous attendent déjà pour nous aider à faire connaissance avec notre hôte. Cet intermède nourrissant ne nous empêche pas de dîner très largement à peine une heure et demie plus tard… Au dessert, notons les mangues du jardin, un vrai régal !! Nous nous préparons maintenant pour les classes de demain. Ravis par l’accueil qui nous a été fait, il nous faut nous coucher pour attaquer en forme à sept heures et quart !

 

 

     Les fameuses mangues !

 

 

 

Et nous à la super table dans la salle de repas mise à notre disposition dans l’école

Un petit fun fact pour finir : en Inde les portes des bus sont ouvertes et on saute dedans en marche pour les prendre !

Bonne nuit ! Chubha ratri ! शुभरात्री !

Cyprienpour l’équipe Inde 2019

16 juillet : le grand départ et les premières péripéties

          Ça y est, jour – J ! Nous voici partis et je commence la rédaction de cet article dans l’avion pendant que les autres dorment du sommeil du missionnaire déjà fatigué. La journée a été intense et riche en rebondissements… Laissez-nous vous raconter pourquoi.

           Les préparatifs des bagages effectués, nous nous sommes chacun peu à peu dirigés vers la capitale et plus précisément l’aéroport de Roissy – CDG où notre vol pour New-Delhi nous attendait. Premier arrivé (et de loin) Cyprien nous a vaillamment attendu jusqu’aux environs de 17h30 où Corentin, Rémi puis Camille, Marie de Roquefeuil et Steve l’ont rejoint. Peu à peu tout le monde est arrivé et l’équipe a été heureuse de se retrouver et de découvrir enfin de vive vue Rémi, le petit dixième, recruté après la journée de formation et que nous n’avions donc jamais vu en vrai. La petite troupe s’est acheminée dans la joie, la bonne humeur et la foule (vous n’avez pas idée de la queue interminable…) vers les guichets d’enregistrement.

             Ci-dessus notre pile de bagages un peu imposante qui a rapidement terminé par terre

            C’est là que le récit jusque là si beau de la mission s’est gâté. Avant cet instant, les seuls incidents notables étaient un oubli d’appareil photo à la maison ou de chapeau et bouteille d’eau dans la voiture… Du mignon et pas dramatique quoi ! Le responsable des visas s’est chargé de corser le tout en informant Rémi, Corentin et Marie (de Roquefeuil) que leurs visas imprimés n’étaient pas les bons documents. Direction  le bureau de la compagnie en vitesse où nos compères ont croisé un couple avec le même souci… Une erreur dans le numéro et paf on ne décolle pas en vacances… La tuile, on peut dire que c’est ballot ! Mais laissons ce sympathique couple de côté pour nous recentrer sur nos trois héros. Marie et Corentin ont pu sans souci faire imprimer le bon papier car ils avaient le numéro de demande et les mails de confirmation. C’est pour Rémi que la douche a été plus froide : une erreur dans la procédure a fait qu’elle n’a pas abouti et ce qu’il prenait pour son visa n’était en fait qu’un détail des informations qu’il avait rentrées en le demandant… Traduction : pas de visa pour notre brave boyscout qui en catastrophe a achevé la demande sur l’ordinateur de Corentin !  Ce fut un peu tard malgré tout car avec le décalage horaire, il était d’ores et déjà 23h45 en Inde et personne ne pouvait traiter sa demande ni répondre au numéro d’urgence. Nous avons donc dû abandonner notre responsable santé préféré à l’aéroport où il attend son droit de quitter le sol français, qui s’il arrive vite, lui permettra de nous rejoindre avec 24h de retard. Suite de ce chapitre au prochain épisode…

           Un peu dépités mais aussi pressés, les neuf restant nous sommes rendus à la douane puis à la porte d’embarquement. Aucune anicroche cette fois-ci et après que quelques-uns aient rendu un dernier hommage culinaire au monde occidental (McDo quand tu nous tiens) nous avons finalement embarqué et pris des places initialement séparés pour finir par bidouiller et tous nous asseoir les uns à côté des autres. Dernière péripétie du jour et pas des moindres pour ceux qui se sentaient barbouillés : le repas (un peu épicé) ! La journée s’achève sur de bons films, des pensées pour Rémi et un sommeil agité sur nos sièges d’avion. On a hâte d’atterrir !

            Quelques clichés immortalisant ces moments :

 

 

On ne citera pas les coupables mais l’une de ceux qui ont rendu hommage à la culture occidentale une dernière fois a l’air plutôt identifiable ^^

 

 

 

Une belle petite équipe dans l’avion ! Initialement, Solenne et Steve étaient ailleurs d’où leur absence sur ce cliché mais ils nous ont rejoint dès le décollage.

 

 

 

Bonne nuit ! Nous, on est cuit et la mission nous attend ! La bise aux français !

 

 

 

Corentinpour l’équipe Inde 2019

Inde 2019 – Nous, les volontaires

Volontaires en Inde 2019 : qui sommes-nous ?

          Bonjour à tous ! La mission AED en Inde de l’été 2019 approchant à grands pas, il est temps pour nous de vous en dire un peu plus sur qui nous sommes et ce qu’il va s’y passer. Notre avion décollera le 16 juillet au soir de Paris ce qui nous fera atterrir à New Delhi le 17 dans la matinée. Une fois là-bas, nous quitterons la grande ville pour nous rendre dans la région de l’Uttar Pradesh (au Nord-Est vers le Népal) et plus précisément dans la ville de Bareilly où débutera notre mission. De ce que nous en savons aujourd’hui, nous serons amenés à donner des cours dans les écoles et à nous occuper d’enfants. Nous serons en outre amenés à bouger dans le secteur même si pour l’heure les détails nous sont encore inconnus… Voilà pour ce qu’il en est du contexte ! Il est donc l’heure de nous présenter et d’entamer nos échanges avec vous qui auront lieu via les articles de cette plateforme. 

Lire la suite

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén