24 Juillet 2018 

Après une bonne nuit de sommeil, nous nous retrouvons tous à la cathédrale catholique pour une rencontre avec l’évêque de Moscou, Mgr Paolo Pezzi. Ce fut une belle occasion d’en apprendre plus sur la condition des hommes d’Église sous le régime soviétique. Alors qu’il était jeune prêtre, il a été invité par l’un des trois Franciscains qui travaillaient clandestinement en Russie, à les rejoindre. C’est ainsi que pendant 5 ans, le futur évêque de Moscou a œuvré pour le maintien d’une présence catholique dans les régions les plus reculées de Russie. Il est ensuite rappelé à Rome avant d’être renvoyé à St Petersbourg en tant que Recteur du séminaire, une fois le régime soviétique aboli. Il est maintenant évêque de Moscou depuis 2007. Selon lui, le plus important est d’agir dans la gratuité, ce qui permettra alors un rapprochement entre catholiques et orthodoxes.

Une fois cette rencontre achevée, notre correspondante Irina nous rejoint pour nous accompagner à la gare. Nous nous rendons alors à Semchoz, dans un train dont l’allure vétuste nous rappelle les années soviétiques. Après une grosse heure de voyage, nous débarquons dans une station ferroviaire, perdue dans une forêt que nous traversons pour rejoindre notre destination. L’accueil du Père Viktor fut très chaleureux : après un solide déjeuner, nous avons la chance d’en apprendre plus sur la vie du martyr russe Alexander Men qui a vécu à Semchoz. Ce prêtre a contribué au maintien de la religion orthodoxe, en s’opposant au régime en place. Lorsque ce même régime commençait à décliner, son influence était telle qu’il fut le premier homme d’Église à pouvoir enseigner dans un lycée soviétique. Il fut ensuite assassiné à 10 mètres de notre logement ici.

Prêtre orthodoxe

Le soir nous assistons à un petit concert local, avant de rejoindre nos lits.

25 Juillet 2018

Avec un solide petit déjeuner dans le ventre, nous attaquons la journée avec entrain. Au programme : corvée de bois pour les hommes, aménagement d’un chemin dans les bois pour les femmes, et sieste pour les non binaires. Le prêtre et sa fille, qui encadrent notre travail, font preuve de beaucoup d’attention envers nous. Voici quelques photos pour vous illustrer notre travail acharné de la journée !

avant  après

La journée s’est poursuivie dans la joie et les moustiques, que nous avons eu la joie de (re)découvrir en Russie. Si le soleil n’est pas au rendez-vous, l’ambiance reste elle au beau fixe malgré la fatigue. Nous sommes tous heureux d’avoir quitté les immenses monuments moscovites, pour la forêt plus tranquille de Semchoz.