Chapitre VIII – La petite paroisse dans la prairie

NB : Nous nous excusons pour le délai entre cet article et le précédent, cela est dû à la difficulté d’accès à internet. Par ailleurs, nous ne pourrons publier que peu (ou pas) de photos du lieu où nous nous trouvons.

30 Juillet 2018

Moscou, 5 h 30 : les réveils sonnent, les portes claquent, des mines fatiguées se rassemblent pour la prière, avant de ranger leurs dernières affaires dans le sac à dos. Sur le pas de la porte, nous jetons un dernier regard sur cet appartement où nous avons vécu tant de bons moments. Le temps d’essuyer nos larmes et nous voilà déjà partis pour de nouvelles aventures ! Une fois les formalités de l’aéroport achevées, nous partons pour Ufa, où nous arrivons sans encombres.

Le Père Nicklas, qui vient nous chercher à l’aéroport, est un prêtre américain qui, depuis six ans, gère la communauté Family of Mary à Alexeyevska ! Il nous prend dans son van et commence à nous raconter toute l’histoire de sa communauté. C’est ainsi que nous réalisons la véritable détresse de la région : le Père Nicklas s’occupe d’une paroisse de la taille de la Suisse, et le prêtre catholique le plus proche est à 800 km de distance ! Après une petite heure de route à travers la campagne, nous nous arrêtons dans un tout petit village qui se résume à une seule rue : ce sera le lieu de notre mission pour la semaine qui arrive !

Nous sommes accueillis par un plantureux déjeuner… à 16 h (merci le décalage horaire !), puis nous visitons les différentes installations de la paroisse catholique. C’est l’occasion pour nous d’en apprendre plus sur la détresse à la fois matérielle et psychologique des personnes qui vivent ici. Leur situation n’a pour ainsi dire pas évolué depuis l’époque soviétique ; ici, les gens survivent avec le peu de moyens qu’ils ont. La principale mission du Père Nicklas est de lutter contre le désespoir de ces villages, exploités par un riche citadin qui détient les terres avoisinantes. Nous rencontrons ensuite quelques enfants du village, qui sont tous intrigués par notre venue, et nous commençons déjà à jouer avec eux. La fin de la journée nous permet de nous recentrer sur l’essentiel, avec un temps d’adoration. Nous confions alors au Seigneur toute notre mission de cette semaine. Épuisés, nous nous couchons, des étoiles plein les yeux.

31 Juillet 2018

Pour bien commencer la journée, nous récitons le chapelet dans la petite chapelle devant le Saint Sacrement. Après le petit-déjeuner, alors que les garçons réparent les vélos et vérifient le matériel pour le camp, les filles balaient, ratissent et nettoient les barrières autour de l’église. Les petites filles du village sont très heureuses de venir apporter leur aide. L’une d’elles nous surprend même : elle arrive à soulever un énorme sac bien plus lourd qu’elle ! Nous développons donc un langage pour nous comprendre. Nous nous rendons ensuite à la chapelle pour un deuxième chapelet.

A peine le temps de se rassasier, nous allons chercher les vélos redevenus comme neufs, suite à la restauration efficace de nos 5 hommes. En effet, nous profitons des temps libre de l’après-midi, pour une petite balade jusqu’au lac qui se situe à 3 km du village. Quelques enfants nous suivent, les plus courageux se baignent et c’est l’occasion pour l’équipe d’organiser les jeux prévus pour vendredi.

17 h : nous rentrons sous un soleil ardent. Nous avons juste le temps de nous changer et c’est l’heure de la messe avec les 14 servants d’autel venus pour le camp d’été. Pendant le dîner, nous avons l’occasion d’échanger avec quelques-uns des enfants. Nous sommes impressionnés par leurs motivations ; certains d’entre eux ont parcouru jusqu’à 800 km ! Beaucoup attendaient avec impatience ce camp ; pour certains, ce sont leurs uniques vacances.

Nous prenons ensuite un temps de jeux pour les présentations ; rires et sourires sont au rendez-vous ! Nous finissons la journée par une belle prière en russe, où nous nous émerveillons devant la ferveur des enfants, bien conscients de la chance de pouvoir venir adorer le Christ, au cœur de cette petite paroisse dans la prairie…

Précédent

Dernière matinée avec les enfants

Suivant

1 et 2 août

  1. Jean-François

    La campagne russe est bien différente des grandes villes. Plus pauvres économiquement, c’est certain; mais les personnes y sont bien plus ouvertes…
    Merci de nous le faire découvrir!

  2. AED RUSSIE

    Pluie de coeurs et de bénédictions ! De la part de toute l’équipe !

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén