Aujourd’hui samedi, c’est ménage ! Nous voyons les Moldaves en fin d’après-midi pour dire au revoir à ceux d’entre eux qui doivent partir dans la journée, puis de nouveau le soir. C’est le moment cadeau : nous leur offrons une carte de vœux, chanson d’adieu sur l’air des Champs Élysée, ils nous donnent un bracelet aux couleurs de la Moldavie.

Entre les deux, nous nettoyons, balayons, astiquons, rangeons les sacs, arrosons les plantes (en priant pour qu’elles ne crèvent pas parce que nous les avons oubliées pendant 10 jours….).

Le lendemain matin, nous retrouvons Victoria, Elena et Crisitina à 8h. Dernier coup de balai, on leur remet les clés et on règle les repas au centre Caritas, puis c’est le grand départ ! Nous traversons la ville sac au dos, il nous faut une heure pour atteindre la gare routière, où nous récupérons les billets. Adieux déchirants.

Nous montons dans le bus, où nous sommes très étonnés de voir des gens faire le trajet debout dans l’allée. « C’est la Moldavie » nous répond Elena avec un petit sourire quand nous lui posons la question, juste avant la fermeture des portes.

Le trajet dure près de deux heures. Nous le passons à dormir. A intervalle régulier, le chauffeur s’arrête pour déposer quelqu’un, parfois en rase campagne. Nous arrivons à Ungheni pour l’heure du déjeuner. Les scouts de France nous attendent à l’arrivée avec le père Christopher (Krzysztof de son vrai nom), originaire de Silésie, en Pologne. Les scouts doivent partir le lendemain matin. Nous mangeons dans une pizzeria, à qui il a fallu le temps du trajet vers Ungheni pour nous servir, puis direction l’église. Nous rencontrons quelques uns des enfants dont nous devrons nous occuper. Après visite des lieux et des environs, conseils pratiques des scouts et installation sommaire dans le grenier pour la première nuit, messe dominicale avec le père, nous dînons tous ensemble dans la salle à manger. Première nuit à Ungheni.

(Photo: L’équipe avec les jeunes et le père Christopher, au centre et avec un chapeau de paille. Comme les parents travaillent et que les centres de vacances n’existent pas, la paroisse a accueilli cette « garderie spontanée » afin de permettre aux jeunes de se sociabiliser et d’occuper leurs journées pendant les vacances et après les cours)

Les scouts nous quittent le lundi matin à 11h, ils ont un bus pour Chisinau où ils doivent passer encore une semaine. Le reste de la journée est tranquille, nous passons l’après-midi à jouer avec les enfants qui viennent passer la journée à jouer dehors, à côté du presbytère.

(Photo: l’église orthodoxe d’Ungheni, dans le centre-ville)