L’été au Bénin, les diocèses organisent des échanges inter-paroissiaux pour les jeunes. C’est à cette occasion que 37 jeunes de Parakou, du lycéen au jeune pro, sont aussi en visite à Ouidah. Nous avons donc pu passer la journée de samedi avec eux, sur la plage dite « du non-retour » ; c’est en effet d’ici que partaient les bateaux d’esclaves, et un mémorial a été construit en hommage aux disparus.

La porte du non-retour

Nous nous sommes abrités sous une paillotte en palmes tressées pour écouter le père Rodrigue nous faire une causerie (sic) sur le danger des sectes, notamment ésotériques. Le syncrétisme reste très prégnant au Bénin, il n’est pas rare de voir des communautés mélanger vaudoun et chrétienté ; mais par ailleurs, de nombreux groupements tels le Rotary ou les francs-maçons essayent aussi de recruter des ecclésiastiques par des dons généreux. Le sous-emploi étant fort, la tentation est d’autant plus grande d’adhérer à ces groupes pour bénéficier de leur réseau.

La conférence fut suivie d’une messe en plein air, avec vue sur la mer et les énormes rouleaux de vagues.

Enfin, nous nous sommes baignés avec joie, dans une mer toutefois sableuse et violente. Les béninois préféraient rester sur le bord et nous photographier que nager avec nous, car la plupart ne savent pas nager ni ne possèdent des maillots de bain. Pourtant, au fur et à mesure de la journée, de plus en plus venaient avec nous dans l’eau pour se familiariser avec les vagues.

Nous sommes revenus en moto, pour la plupart rouges de soleil mais heureux de cette journée de détente et de fraternité avec les jeunes de Parakou, avides de parler de France ou de leur pays avec nous !

La ZEM à 3 sans casque sur des routes de terre, toujours une aventure !