Une journée type à Soclogbo

6h30. Au centre diocésain de Dassa, le réveil sonne pour une nouvelle journée. Après un petit-déjeuner composé de café, de thé et de fruits frais servis dans nos chambres, nos taxis moto attitrés arrivent. Un des leurs qui se fait appeler « Baby Love » est toujours très heureux de retrouver Solène. Notre trajet quotidien commence alors pour rejoindre Soclogbo, le petit village où se déroule notre mission. Au cours de ce périple de 12 km, nombreux adultes et enfants nous saluent. Une chanson revient souvent : « Yovo Yovo bonsoir » disent-ils. (Yovo=blanc).

L’équipe et ses chauffeurs

8h. Les taxis nous déposent enfin chez le père Ambroise qui nous accueille avec beaucoup de chaleur. Les activités matinales peuvent enfin commencer. Les tâches effectuées sont en lien avec la construction de l’école du village : apporter de l’eau, tamiser la terre, porter le ciment et nettoyer les salles rythment notre matinée. Élise, quant à elle, passe du temps au dispensaire, soignant les petits et assistant les accouchements.

Selfie avec les maçons

 

Un travail d’équipe

12h30. L’heure du repas est enfin arrivée. Des plats composés de poissons et parfois de mets locaux nous attendent. Un moment de partage avec beaucoup de rires entre le père et le groupe. Le déjeuner terminé, il est temps de faire la sieste. Un peu calme avant la tempête…

15h. Les enfants du village sont déjà nombreux à attendre dehors pour aller à l’école. 45 le premier jour, ils sont près de 115 le second. Un vrai défi d’organisation commence pour nous. Après plusieurs jours d’adaptation, nous constituons des ateliers dessins pour les petits qui ne savent pas écrire. Les plus grands, quant à eux, apprennent la grammaire, le calcul et la géographie avec beaucoup de sérieux pour espérer être récompensé par une gommette sur leur cahier.

Une centaine d’élèves bien attentifs

Vers 17h, les activités extérieures prennent place. Nous faisons appel à nos souvenirs d’enfance pour organiser des jeux comme le facteur n’est pas passé, colin Maillard, jeux de la tomate, béret, football, etc. Des ateliers de danse sont aussi organisés par les Béninois. De riches échanges de culture naissent avec le mélange de leurs danses locales et les nôtres.

Des enfants infatigables, ne demandant qu’à jouer

Vers 19h30, le dîner sonne la fin de la journée avec les enfants qui retournent chez leurs parents avec des « Eisso » (= au revoir) toujours plus chaleureux chaque jour.

Notre appétit rassasié, nous prenons place dans le mini bus qui nous ramène à Dassa : 40 minutes de route plus tard, nous pouvons enfin nous reposer. Certains vont se coucher, d’autre vont à la piscine boire une bière.

La journée s’achève déjà.

 

rédacteur : Lucas

Précédent

Notre vie et nos actions en dehors de l’école

Suivant

Des journées extra-ordinaires

  1. Lefebvre Nathalie

    Merci beaucoup à tous pour vos messages sur le blog qui nous réjouissent .
    Quelle belle aventure enrichissante à tout point de vue !
    Le sourire des enfants et les adultes en dit long 😊!

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén